Stéphan Post (Président de la ligue Dauphiné Savoie): « Djokovic à Grenoble, ce serait énorme »

Un petit France-Serbie en Coupe Davis, ça vous tente? Grenoble pourrait bien accueillir cette demi-finale du 15 au 17 septembre prochain. D’ici demain soir, une lettre d’intention doit être déposée à la Fédération Française de Tennis. La région, la Métro, la ville et le département sont actuellement en contact et fin prêts pour boucler le dossier. La candidature de la capitale des Alpes est sérieuse, et la ligue Dauphiné Savoie y croit. D’ailleurs, son président Stéphan Post, par ailleurs vice-président de la FFT, s’exprime pour LSD.

Président, pourquoi la Ligue Dauphiné Savoie s’est-elle positionnée pour cette demi-finale?

La première raison, c’est que cela fait bientôt 35 ans que notre ligue n’a pas accueilli la moindre rencontre de Fed Cup ou de Coupe Davis. Et pourtant, nous sommes la première ligue de France avec 58000 licenciés. Il y a un espèce de manque par rapport à ça et c’est très attendu par tous les amoureux du tennis. Et puis, nous avons l’outil pour ça. Il faut au moins 8000 places pour une demi-finale de Coupe Davis. Le Palais des Sports de Grenoble peut accueillir ce genre d’évènement. Ce n’est pas la première fois que la ligue se positionne. Avec Albertville et Chambery précédemment candidates, on est endurant.

Où en est-on actuellement du dossier de candidature?

Pour l’instant, à ce stade, il s’agit de déposer une lettre d’intention d’ici demain soir. On va le faire avec la région, la ville, la métro et le département. On est en contact avec ces 4 collectivités pour monter un dossier.

Il semble que les joueurs et le capitaine de l’équipe de France préfèreraient jouer ailleurs non?

Yannick Noah et les joueurs ont effectivement exprimé le souhait de jouer prioritairement sur terre battue et à l’extérieur. Donc nous ne serions pas prioritaire meme si nous pouvons proposer de la terre battue au Palais des Sports. Le problème, c’est donc que les joueurs et le capitaine veulent être en outdoor pour avoir une surface plus lente et ainsi gêner Djokovic. À ce jour, il n’y aucune candidature de ville pouvant proposer ce type d’enceinte, et Roland Garros ne peut pas accueillir en septembre car c’est en chantier.
Cela peut se faire dans un stade, dans des arènes, mais c’est un budget et des contraintes techniques. Nous dépendons tous des collectivités, et tout le monde ne peut pas se positionner.
A ce jour, plusieurs villes comme Nantes, Le Touquet ou d’autres ont pris des renseignements.

L’impact serait énorme pour la ville de Grenoble.

Oui, les retombées économiques notamment. Vous mettez 10 euros, ce sont 30 euros qui rentrent. C’est énorme de jouer Djokovic, cela braquerait les projecteurs sur Grenoble.

Quand sera-t-on fixé?

On doit déjà tous se mettre d’accord pour la lettre d’intention d’ici demain soir. Les candidatures vont être étudiées individuellement. Puis, le comité exécutif de la fédération a jusqu’au 2 mai pour prendre une décision. Mais je pense que l’on connaitra la ville organisatrice le 29 avril.