Aliya Bayram : « C’est le plus beau moment de ma carrière »

La jeune Aliya Bayram, invitée de #LSDleMag et âgée de seulement 17 ans vient de devenir double championne du monde d’escrime Juniors. Pour #LSD, elle a réagit à cette performance majuscule face aux meilleures tireuses du monde.

Aliya, peux-tu nous rappeler ton parcours dans l’escrime ?
J’ai découvert l’escrime à 7 ans grâce à la Caravane des Sports en bas de mon quartier. Cela m’a plu et j’ai donc signé du côté de Grenoble Parmentier. Il y a deux saisons, j’ai rejoint le Pôle France de Talence où je suis actuellement. Du côté de mon palmarès, j’ai été championne de France et j’ai remporté deux manches de Coupe du Monde dont une à Grenoble.

Tu reviens de Plovdiv avec une double médaille d’or. Tu t’attendais à une semaine comme celle-ci ?
Je ne m’y attendais pas du tout. Je savais que j’allais donner le meilleur de moi-même mais de là à obtenir deux titres. Je pensais que je pouvais faire podium mais je ne pensais vraiment pas au titre. C’est tout simplement magnifique ce qui m’est arrivée.

Tu es d’abord devenu championne du monde en individuel. Peux-tu nous raconter cette belle journée ?
Je suis arrivée dans la compétition en étant hyper stressée. C’est souvent le cas quand je suis dans les grands championnats. Je perd un match de poule mais je réagis bien sans stress. Je joue ensuite contre une italienne et je commence très mal en encaissant un 8 à 1. Je réagis bien ensuite pour finalement m’imposer 13 à 11. Je m’impose facilement contre une chinoise et une hongroise pour me hisser en 1/4 de finale. Je joue une roumaine et c’était un match avec beaucoup de stress et de tension. Il y a eu un véritable mano à mano et je l’emporte finalement sur les dernières touches. C’était vraiment le match le plus dur de cette compétition. Dans le dernier carré, je m’impose contre la numéro 1 et numéro 2 mondiale sans pression et j’arrive à obtenir le titre.

Après ce titre, quel a été ta réaction ? C’était surement une joie immense ?
Oui, c’était magnifique. Je vous avoue que je n’y crois toujours pas encore aujourd’hui. C’était vraiment exceptionnel et j’ai vraiment connu une joie intense.

Dans l’épreuve individuel, on te sentait imbattable ? De ton côté, tu sentais que rien ne pouvait t’arriver ?
De mon côté, je voulais vraiment laisser le moins de touche à mes adversaires pour ne pas rentrer dans des matchs compliqués. Pour moi, ce fut une compétition compliquée. Tout le monde me disait que j’étais imbattable ce jour-là mais moi j’étais vraiment concentrée à encaisser le moins de touche possible.

Derrière, tu signe une victoire par équipe. C’est vraiment la cerise sur le gâteau ce nouveau titre ?
On était numéro une mondiale et on savait qu’on avait le potentiel pour faire un podium. Aux championnats d’Europe, on perd d’une touche en finale contre les italiennes que l’on a affronté une nouvelle fois en finale des Monde. Cette fois-ci, c’est nous qui gagnons d’une touche à la mort subite. On n’avait pas mise cette touche aux championnats d’Europe mais on l’a mise au Monde et c’est celle-ci qui est la plus importante. On a aussi réussi à gagner en changeant l’ordre des tireuses et en finissant par une touche d’Océane Tahé.

Quels sont tes objectifs pour la fin de la saison après ces deux titres ?
Je vais partir à Rio après les vacances pour une coupe du Monde Séniors. Si j’arrive à réaliser un autre bon résultat, j’enchaînerai par une nouvelle manche en Colombie. Il viendra ensuite l’heure des France où mon objectif est d’obtenir le titre en catégorie Juniors. Je serais aussi engagée en catégorie Séniors sur ces championnats.

Pour le club de Grenoble Parmentier, le fait d’avoir une nouvelle championne du monde, cela doit être exceptionnel ?
Oui, c’est vraiment génial pour le club. Mes entraîneurs se sont même déplacés en Bulgarie pour venir me voir après le titre que j’ai obtenu en individuel. C’était vraiment exceptionnel pour moi. Appartenir à ce club de Grenoble est une grande fierté pour moi. 

Ces deux titres resteront gravé dans la suite de ta carrière ?
Oui, c’est vraiment le plus beau moment de ma carrière. Avant, j’avais cette victoire en Coupe du Monde à Grenoble mais ces deux titres sont encore plus exceptionnels. Le titre en individuel est vraiment le plus beau moment depuis que je suis escrimeuse.