Le GF38 à 4 matchs du bonheur

Même dans la difficulté, le GF38 est capable de s’imposer. Samedi, les coéquipiers de Brice Maubleu l’ont emporté sur la pelouse de Mulhouse (0-1). Chez la lanterne rouge, tout ne fût pas simple. Mais Grenoble, solide défensivement, a su conserver quatre points d’avance en tête de CFA. À quatre journées de la fin, rien ne semble pouvoir arrêter cette équipe. Comme le précisait le milieu de terrain Florian Sotoca à l’issue de la rencontre, « ça devrait le faire avec cet état d’esprit ».

Tous les entraîneurs ne peuvent pas se payer ce luxe. À Grenoble, Olivier Guégan a la chance d’avoir un groupe de 16 joueurs compétitifs, capables d’être titulaires n’importe quand. À Mulhouse, le coach a dû par exemple laisser sur le banc Francis Dady Ngoye ou Ibréhima Coulibaly, qui auraient pourtant leur place dans n’importe quel autre 11 de CFA. La force de ce GF38, c’est aussi l’état d’esprit de tous ces joueurs. Chacun accepte sa place, sans qu’il n’y ait de crise d’égo. Regardez le gardien remplaçant. Depuis son arrivée en octobre dernier, Papa Demba Camara est la doublure de Brice Maubleu. International sénégalais, auteur de plusieurs matchs en Ligue 2, le portier met l’ambiance dans le vestiaire et est prêt à entrer à n’importe quel moment pour son équipe. Voilà la différence fondamentale avec la saison passée. Grenoble a une vraie profondeur de banc alors que le GF38 version Jean-Louis Garcia tournait toute la saison avec 14 éléments.

À Mulhouse, le GF38 n’a pas été flamboyant mais la rencontre s’annonçait tendue chez une lanterne rouge qui pouvait encore espérer le maintien avant le début de la rencontre. Finalement, Pinto Borges, de retour de suspension, libérait ses coéquipiers à la 23ème minute sur un centre de… Bengriba. Deux des anciens de la maison grenobloise permettaient donc à leur coéquipiers une victoire importantissime dans la course à la montée.

Certains diront que tout reste à faire pour atteindre le National, mais une bonne partie du chemin a été parcouru. À quatre journées de la fin, les grenoblois ont un calendrier plutôt favorable avec la réception samedi d’Annecy, qui compte 12 points de retard sur la tête du classement. Viendra ensuite un déplacement à Raon l’Etape, club qui n’a plus rien à jouer. S’en suivra le fameux choc face au Puy, au Stade des Alpes. Ce week-end, les ponots l’ont emporté 2-0 sur l’équipe de Jura Sud. Les altiligériens y croient encore. Il ne reste plus qu’à espérer que cela dure le moins de temps possible.