Sébastien Bisaillon, grenoblois et fier de l’être

Voilà maintenant deux saisons que Sébastien Bisaillon évolue aux Brûleurs de Loups. Le défenseur canadien a vécu une saison pleine. Associé à Kyle Hardy, il a formé l’une des doublettes défensives les plus complémentaires et performantes de Magnus, même si son humilité l’amène à ne pas trop s’attarder sur ce genre de compliments. Avant de partir quelques mois au Canada, il revient pour LSD sur sa saison, son entente avec Kyle Hardy et même sur Luciano Basile, son ancien coach à Briançon.

Quand on lui demande d’évoquer le meilleur moment de sa saison aux Brûleurs de Loups, Sébastien Bisaillon ne pense ni au Winter Game, ni à la finale de Coupe de France. Il se rappelle davantage de la demi-finale à Lyon. « Au départ, ce n’était pas un match très bon pour nous. Et puis on a montré une belle force de caractère. On était au sommet de notre art. » Autre moment fort, le fameux déplacement à Epinal, lors de la 23ème journée du championnat. « On ne jouait pas bien, on était mené 3-0 mais on sentait qu’on allait gagner ». À l’arrivée, les BDL l’emportent 4 buts à 3 et enchaînent une douzième victoire consécutive, toutes compétitions confondues.

Si le numéro 2 grenoblois regrette que son équipe n’ait pas « fini le travail en play-offs », il estime que cette saison « fait du bien au moral », d’autant que la dernière « avait été l’une de ses pires d’un point de vue statistiques ». Avec 5 buts et 15 assists, il se dit heureux d’évoluer aux côtés de Kyle Hardy. « Il est tellement bon devant que je reste un peu à l’arrière ».

Jouer un peu plus dans l’ombre, voilà qui ne déplaît donc pas au défenseur canadien qui pense avoir évolué cette saison dans l’une des meilleures équipes depuis le début de sa carrière. « Mais à Briançon, c’était fort aussi ». Il faut dire que lors de la saison 2013-2014, il avait été champion de France avec le club haut-alpin, coaché par Edo Terglav et… Luciano Basile. Et d’ailleurs, quel avis porte le joueur sur le technicien italo-canadien, de nouveau champion avec Gap il y a quelques jours? « Tout le monde connaît les qualités de coach de Luciano. Ça plaît à certains, ça déplaît à d’autres. Mais au final, on est jugé sur nos performances et il est bon dans ce domaine ».

Sébastien Bisaillon aurait bien voulu affronter son ancien coach et Gap en finale de Magnus. Mais la déception est désormais évacuée. Il faut maintenant penser à se reposer sans oublier que la prochaine saison va arriver très vite. Il prévient: « J’aimerais bien rester à Grenoble et je crois qu’il y a un certain intérêt de la part du staff. « . Voilà qui devrait rassurer les supporters.