OL-GF 38: Grenoble en tenue de gala!

Vendredi soir, pour le compte des seizièmes de finale de la coupe de France, les joueuses du GF 38, auront l’honneur de défier le leader incontesté de ligue 1: l’Olympique Lyonnais. Une mission qualification quasi  impossible quand on connaît la qualité de l’adversaire. Impossible n’est pas grenoblois(e)?

Cette rencontre aura lieu à l’OL training center… Et dire que ce match de gala aurait pu se jouer au Stade des Alpes! Les dirigeants lyonnais avaient accepté d’inverser l’ordre de la rencontre, mais des incompatibilités d’emploi du temps avec le FCG (pour faire simple) obligent les grenobloises à se déplacer à Lyon. Gladys Boilard, milieu de terrain grenobloise “regrette ce choix. C’était l’occasion de faire une belle fête avec nos supporters”. Tant pis! Les filles du GF 38 feront sans leur public, et il y aura fort à faire, tant le palmarès des joueuses du président Aulas est éloquent.

L’Olympique Lyonnais domine le monde…et écrase le championnat de France.
Le club lyonnais est riche d’une multitude d’internationales et fournit à l’équipe de France une grande partie de son effectif. Ajouter à cela une des meilleures joueuses du monde, l’américaine Alex Morgan, et leur suprématie s’explique davantage.
Lyon, champion du monde des clubs en 2012, dernier vainqueur de la ligue des champions (ainsi que 2011 et 2012), vient d’être élu récemment meilleur club de football féminin du monde par la Fédération Internationale de l’Histoire du Football et des Statistiques (IFFSH), et ce pour la troisième fois sur les cinq dernières années.
Côté national, les lyonnaises trustent (tous) les titres. Sextuple vainqueur de la coupe de France (2008, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016), cela fait dix ans, depuis la saison 2007, qu’elles remportent tous les ans le championnat de France. Et 2017 ne dérogera certainement pas à la règle puisqu’elles sont actuellement première avec une seule défaite en onze rencontres et n’ont encaissé que 4 buts contre 55 inscrits…Énorme!

Grenoble, pour limiter la casse?
On l’aura tous compris, c’est un sacré défi qui se présente aux grenobloises. Elles, qui ambitionnent légitimement une montée à court ou moyen terme, vont se frotter au gratin du foot français et international. Un bon moyen de se jauger et d’étalonner leur niveau face à l’épouvantail de la ligue 1 française, même si l’issue finale ne laisse guère planer de doutes. Les féminines du GF 38 sont actuellement quatrième du championnat de seconde division. Leur statut d’outsider fait qu’elles n’auront rien à perdre et pourront évoluer l’esprit libéré. C’est en tout cas l’avis de l’entraîneur grenoblois, Nicolas Bach: “si Lyon s’impose vendredi, ce sera un résultat logique. On peut se permettre de jouer sans pression”. Pour Gladys Boilard,“ ce match doit permettre à toute l’équipe de continuer à apprendre quitte à se prendre une claque”. Alors une toute petite!

Parce qu’on ne sait jamais…
Ce qui fait la beauté du sport et particulièrement de la coupe de France, c’est qu’il y a toujours des surprises. Parfois, les grands tombent, et de haut. Autre note d’espoir, les féminines du GF 38 se sont imposées 3 buts à 2 ce weekend contre l’équipe réserve de l’Olympique Lyonnais. Certes, c’est un tout autre match qui attend Nicolas Bach et son équipe, mais le technicien grenoblois ne s’avoue pas vaincu d’avance, même s’il sait que le GF 38 va affronter “la meilleure équipe du monde”. Il reste lucide sur les chances de qualification: “sur certains matchs, on sait que l’on a une chance sur dix ou sur cent de gagner. Contre Lyon, on va dire que nous avons une chance sur mille. Pour autant, elle existe. Alors on essaiera de la jouer à fond”. L’entraîneur du GF 38 évoque la préparation tronquée de ce match:“ nous avons connu une reprise avec quelques pépins physiques et suite aux intempéries, les dix dernières séances ont eu lieu en gymnase. Malgré tout, on se prépare du mieux possible, en se concentrant d’abord sur notre défense. Ensuite, à nous d’exploiter au mieux les maigres opportunités d’attaque que nous aurons”. Météo pas idéale pour préparer ce match, qui servira aussi et surtout de répétition générale, avant un mois de février marqué par la reprise du championnat, et un enchaînement de quatre matchs consécutifs:“ notre priorité reste bien entendu le championnat” dixit l’entraîneur alpin. Gladys Boilard abonde en ce sens:“ nous devons profiter de chaque instant sur le terrain et continuer à préparer le retour aux choses sérieuses”.

La conclusion revient à Nicolas Bach qui regrette lui aussi de ne pas pouvoir jouer ce match à Grenoble: “l’occasion loupée d’une première au Stade Des Alpes pour le GF38 féminin, mais j’espère que ce n’est que partie remise”.
Et pourquoi pas en huitième de finale, après la qualification contre Lyon? On a le droit…de rêver.

OL-GF 38, vendredi 27 janvier à 20h00 au Groupama OL training center à Décines-Charpieu.