Encore Bercy!

Il y a quasiment un an jour pour jour, les Brûleurs de Loups affrontaient Rouen en finale de Coupe de France. C’était le 3 janvier 2016. Un an plus tard, les isérois ont assuré leur place à l’Accor Hotel Arena pour une seconde année consécutive. À Lyon, les joueurs grenoblois ont fait preuve de caractère et de courage. Deux valeurs qui collent à cette équipe depuis plus de deux mois maintenant.

20. C’est le nombre de victoires consécutives des Brûleurs de Loups, toutes compétitions confondues. Un record dans l’histoire du club. Le dernier succès, hier, est sans aucun doute le plus important, et celui dont le public grenoblois se souviendra le plus, avec le carton contre Rouen (9-2). Hier soir, les joueurs d’Edo Terglav ont construit leur victoire, et ont fait preuve de patience. Car malgré la domination dans le premier tiers temps, ce sont bien les locaux qui ouvraient la marque grâce à Mickevics, alors que Grenoble sortait d’une infériorité numérique. Au retour des vestiaires, Scott Fleming aggravait la marque. 2-0, les jeux étaient loin d’être faits pour les lyonnais, surtout face à des grenoblois affamés de victoires.

Le tournant du match intervint sans doute à la 26ème minute. Alors qu’un lyonnais partait en contre-attaque, Kyle Hardy sauvait de façon incroyable son camp, avant de remonter la glace. La suite? Le deuxième bloc allait faire le boulot, et Sébastien Gauthier trouvait parfaitement Camilo Miettinen pour la réduction du score. C’est alors que les grenoblois se retrouvaient en double infériorité numérique avec Julien Baylacq et Christophe Tartari en prison, deux joueurs si précieux dans les unités spéciales. Et pourtant, Grenoble tint le coup et réussit à rentrer au vestiaire avec un petit but d’écart.
L’espoir d’une qualification était permis. Et c’est dans la confusion que David Rodman égalisait d’entrée de troisième tiers. L’arbitre mit plusieurs secondes pour prendre sa décision et décider que le palet avait franchi la ligne de but. Les grenoblois poussaient, et c’est un défenseur qui inscrit le but libérateur à la 51ème minute. Nicolas Favarin pouvait exulter. Son équipe allait tenir, et la bonne centaine de supporters grenoblois fêtait la qualification avec les joueurs, en bord de glace.

Les Brûleurs de Loups nous avaient habitués à démarrer fort et à mener au score. Ils ont prouvé qu’ils avaient aussi les forces de revenir, même en étant menés de deux buts chez le leader du championnat. Ces BDL ont toutes les qualités pour soulever un, voire plusieurs trophées. Reste désormais à transformer ces promesses en réalité.