Sébastien Gauthier: « On n’a pas le droit au relâchement »

De l’extérieur, la série paraît folle. Les Brûleurs de Loups restent sur quinze victoires consécutives, toutes compétitions confondues. Les joueurs gardent pourtant la tête froide et ne pensent qu’à une chose: le match d’après. Sans se projeter, ils avancent semaine après semaine, et se rapprochent du sommet du classement. Parmi les joueurs qui ne s’emballent pas, il y a Sébastien Gauthier, au club pour la deuxième saison. L’attaquant a connu des débuts difficiles en septembre mais va beaucoup mieux. Et cette fin d’année 2016 s’annonce très festive pour lui. Avant la réception de Mulhouse mercredi en Coupe de France, Sébastien fait le point pour LSD.

Sébastien, comment ça va pendant cette petite trêve?

J’ai envie de dire qu’entre la dernière trêve et celle-ci, il n’y a pas eu de défaite. Disons que j’ai connu des trêves qui ont fait plus de bien. Il faut dire que l’on est en pleine confiance. On avait du plaisir à jouer et à s’entraîner. Mais il faut avouer que ça fait tout de même du bien de se changer les idées. Je ne suis pas parti de Grenoble, certains ont rejoint leur famille. Ma femme va accoucher dans trois semaines, alors on en a profité pour faire les achats de Noël, pour préparer la maison pour notre heureux évènement également. En fait, on a eu trois jours complets de repos, mais d’expérience, je savais qu’il fallait rester un peu actif.

Revenons sur la série en cours de ton équipe. C’est incroyable.

J’ai jamais connu une si longue séquence de victoires. Je n’ai jamais évolué dans un groupe ayant autant de confiance. Tout roule, ça va bien. Je pense que c’est encore plus impressionnant de l’extérieur. Nous, le mot d’ordre est d’y aller un match après l’autre. On enchaîne les victoires mais on pense tout de suite à la suite. Une fois que la série sera finie, on réalisera peut-être un peu plus. On a la bonne stratégie, on veut arriver fort à la fin de l’année. Je pense que l’on n’a pas le droit au relâchement. Le fait d’avoir une grosse séquence en ce moment nous permet de rattraper en tout cas nos points de retard. Ça va nous permettre de solidifier notre jeu encore plus. Si on avait eu une saison juste correcte en étant 6 ou 8ème en décembre, il aurait fallu se concentrer sur les résultats. Là, on peut se concentrer sur la façon de jouer.

Que penses-tu de ce groupe, de ces arrivées à l’intersaison?

Moi, ce qui m’impressionne, c’est le collectif. Les lignes changent avec les blessures et les convocations en équipe nationale, mais il y a toujours quelqu’un va venir offrir la performance pour combler la perte. Je pense à Rodman sur le premier bloc. Il a peté le feu. Kyle Hardy, il met un point par match. Je ne suis pas surpris, c’est un des joueurs contre qui j’ai eu le plus de mal à jouer quand je jouais avec Dijon contre Chamonix. J’avais eu une discussion avec Jean-François Dufour et je lui recommandais fortement ce joueur. Sa production offensive peut paraitre surprenante mais il faut voir comment il s’entraîne.

D’un point de vue personnel, comment tu te sens?

Ça va beaucoup mieux, je me suis un peu cherché, j’avais un point en 10-12 matchs et ça a été difficile. Depuis ça va, avec n’importe qui, je me sens bien. Je marque de nouveau des points. Le dernier match, je jouais avec Kuralt et Miettinen, j’ai bien aimé et ça devrait rester ainsi à la reprise lundi.

Par rapport aux autres saisons, il y a aussi cette volonté d’être plus proche du public. Cela semble vous porter chance d’aller faire la fête en tribune après les matchs!

C’est sûr que c’est plus fun d’aller chanter avec le public, de saluer les supporters, sur ou en dehors de la glace. On ne joue pas que pour ça mais on tisse des liens sympas. On est content de le faire.

Revenons sur le dernier match, celui face à Rouen. Quel carton (les BDL se sont imposés 9-2).

Cela faisait parti du plan de match d’attaquer très fort. Il fallait être au top dès le début. Mais ce n’est pas le genre de rencontre qu’il faut retenir trop longtemps, il manquait à Rouen de gros éléments, ils n’étaient pas aussi prêts que nous.

Place maintenant à la coupe. Face à Mulhouse qui tourne bien en D1.

C’est sur qu’on a un très gros match de coupe. On ne doit pas prendre cette rencontre à la légère. C’est une D1 mais ils ont aussi une grosse séquence.

Tu penses déjà au Winter Game le 30 décembre au Parc OL?

On commence à y penser beaucoup, surtout pendant la trêve. J’avais une discussion avec Eric Chouinard qui en avait joué un en Allemagne. Il m’a raconté. J’ai hâte de voir le stade, de voir le feeling, ça va être spécial. Ce sera bien organisé à Lyon, ils ont sans doute mis le paquet, ça devrait être grandiose. J’espère le jouer et ne pas avoir un appel de ma femme pour aller à l’hôpital.

LSD