Abécédaire du Ski Alpin

Avis aux néophytes ! En cette période automnale (et fraîche), LSD a rassemblé pour vous tout ce qu’il faut savoir pour mieux comprendre les rouages d’un sport bien de chez nous, mais que nous ne connaissons que trop peu… le ski Alpin. Pour ce faire nous vous avons résumé (rapidement) les points importants, de la manière la plus claire possible.

 

1. Les disciplines

Il existe 5 disciplines en ski Alpin,

  • le Slalom ; discipline dite « technique » ou l’écart entre les portes n’excéde pas les 13 mètres mais ou les tracés sont très tournants. Les skieurs se départagent en deux manches effectuées dans deux tracés différents.
  • le Géant ; un peu à l’image du slalom, une discipline « technique » où les portes sont espacées d’environ 30 mètres, deux manches dans deux tracés différents également.
  • le Super Géant ; discipline où il n’est pas rare de voir les skieurs à plus de 100 km/h, et ou les portes sont espacées d’environ 50 mètres. Elle est la discipline la plus instinctive car réalisée sur une manche sèche, sans entrainement.
  • la Descente, discipline la plus rapide, les portes étant espacées jusqu’à plus de 75 mètres, les skieurs dévalent une piste pendant plus de 2 minutes (suivant les descente) à des vitesses pouvant avoisiner les 150 km/h. Les coureurs ont droit à 2 entrainements sur le tracé avant la course qui se joue ensuite en une manche.
  • le Combiné alpin, où les athlètes réalisent une manche de descente puis une de slalom: le classement se faisant sur le cumul des deux temps.

 

2.  Les catégories

Il existe des catégories telles qu’on les connaît dans des sports plus familiers (football, rugby..). Chez les jeunes, elles sont nommés en fonction des âges :U8, U10, U12, U14, U16. Cependant, contrairement à ce qui se fait ailleurs,  à partir de 17 ans, les catégories ne fonctionnent pas par âge, mais bien par niveau. Tous les athlètes (de 16 à 35 ans) se présentent au départ des mêmes courses, et sont classés ensemble. C’est ce qui fait la difficulté du ski alpin, il est difficile pour  les jeunes d’arriver à se frayer une place parmi tout ce monde, et cela demande souvent un long temps d’adaptation.

On distingue alors trois grandes catégories de courses ;

  • Les courses FIS: ce sont des courses internationales qui laissent (normalement) la place aux jeunes, mais qui peuvent avoir un niveau très varié suivant les forces en présence au départ (parfois les meilleurs skieurs des pays alentours s’y alignent, il n’est donc pas rare de retrouver des noms qui ont brillé en coupe du monde). Parmis les courses FIS, on retrouve quelques formules différentes (CIT, NJR..) qui sont des courses un peu plus spécifiques (seulement pour les citadins, seulement pour les -21 ans…)
  • Les courses continentales(coupes d’Europe, les Nord-AM cup, les Sud-AM cup, les Far-East cup, et enfin les Australia-New Zealand cup): ces courses sont des antichambres du plus haut niveau mondial, seuls les meilleurs skieurs de chaques pays y participent et le niveau y est très élevé (surtout en Coupe d’Europe et Nord-Am cup). Il n’est par exemple pas rare de voir des vainqueurs de coupe d’Europe briller très rapidement en coupe du monde. Les pistes ainsi que les préparations (tracés, neige) y sont plus difficiles qu’en FIS.
  • Et enfin les Coupes du Monde: elles regroupent, vous l’imaginez, le gratin du ski mondial. Les pistes y sont très difficiles, et la neige s’apparente la plupart du temps à de la glace.

 

3. Les systèmes de points

Comment départager deux skieurs qui gagnent tous deux une course d’un même niveau à 1000 kilomètres d’écart? Et bien cela est possible grâce aux points FIS. Les points sont un système qui permet de classer les skieur dans un ranking mondial. Le but étant d’en avoir le moins possible.

Ainsi le meilleur mondial de chaque discipline en possède 0, une victoire lors d’une coupe d’Europe en rapporte 6, et une victoire lors d’une course FIS peut en rapporter entre 9 et 50 suivant les forces en présence. On estime qu’un coureur ayant moins de 50 points Fis est un bon skieur, un skieur possédant moins de 30 points Fis est un très bon skieur (dans les 30 meilleurs Français) et un skieur en dessous de 10 points et l’un des meilleurs européens.

Les points réalisés par un coureur lors d’une course sont calculés en fonction des points des têtes de série au départ + de l’écart qui sépare ce coureur de la tête de la course à l’arrivée (une pénalité fixe + des points courses).

Les circuits nationaux, européens et mondiaux se jouent quand à eux sur un système de points a l’image de la formule 1, une victoire valant un total de points, une 2ème place en valant un peu moins etc.. Et celui ayant récolté le plus de points à la fin de saison est sacré champion.

 

4. Les étapes Mythiques

Chaque sport possède son mythe, le trou n°16 de l’open de Phoenix au golf, le circuit de Suzuka en F1, le millenium stadium de Cardiff au Rugby..  Sachez qu’il en va de même en ski Alpin. Tour d’horizon des lieux où gagner vous inscrira au panthéon du ski mondial…

 

kitzbuhel
  • Kitzbhuel, Autriche. C’est LA MECQUE du ski alpin, l’une des descentes les plus dangereuses et mythiques au monde, une victoire devant les 100 000 spectateurs vous propulse dans la galaxie des super stars du ski alpin.

 

Schladming
  • Schladming, Autriche. Probablement la course la plus bouillante de l’année, un slalom, de nuit devant plus de 50 000 fans déchainés (en témoignent les fumigènes)
ligety
  • Adelboden, Suisse. C’est le rendez vous des géantistes, le dernier mur est le plus raide du circuit, il vous donne l’impression de plonger droit dans un stade surchauffé par le public.

 

5. Les Têtes de Séries

Difficile de sortir des athlètes du lot, tant beaucoup méritent qu’on les cite, mais si l’on compare les palmarès et les trajectoires, ils sont un petit lot à être au dessus de tous les autres, et ils comptent bien le prouver encore cet hiver.

  • Marcel Hirscher: l’Autrichien de 27 ans plane depuis quelques années sur le circuit de la coupe du monde, un technicien pur (il brille surtout en géant et slalom) et ses  91 podiums en coupe du monde (39 victoires), 11 globes de cristal (classement général), 6 médailles aux championnats du monde (4 en or) ainsi que sa médaille d’argent en slalom aux jeux olympiques ne diront pas le contraire.. Un extraterrestre.
Hirscher
Marcel Hirscher
  • Henrik Kristoffersen: le jeune prodige Norvégien n’en finit plus de grandir. A seulement 22 ans, il est le seul à concurrencer Marcel Hirscher en slalom (remportant le globe au nez et à la barbe du Maitre l’an passé), et montre de très belles capacités en géant. Une victoire en géant et neuf en coupe du monde de slalom, pour 23 podiums, rien que ça. Rajoutez à cela une médaille de bronze à Sotchi à seulement 20 ans. Crack.
le-norvegien-henrik-kristoffersen-lors-de-la-seconde-manche-du-slalom-d-adelboden-suisse-le-10-janvier-2016_5498757
Henrik Kristoffersen
  • Alexis Pinturault: il a été pendant longtemps le prodige que la France attendait. Arrivé très tôt sur le devant de la scène, Alexis n’as pas tardé à confirmer les attentes placées en lui. Leader d’une équipe de France ultra compétitive, il pèse déjà 36 podiums en coupe du monde (15 victoires), un globe de cristal, une médaille de bronze aux JO et aux Championnats du monde. Fort.
alexis-pinturault
Alexis Pinturault
  • L’équipe norvégienne de vitesse: les As de la vitesse, dans le sillage d’un Aksel Lund Svindal au palmarès aussi grand que son gabarit (3 médailles aux JO, 9 aux championnats du monde, 11 globes et 66 podiums en coupe du monde) c’est toute une équipe qui prend gout aux podiums, et ils le font plutôt très bien malgré la blessure en milieu de saison dernière de leur tête d’affiche. Kjetil Jansrud et Alexander Aamodt Kilde ont plus que très bien assuré en l’absence de Svindal, ça va faire mal cette saison avec le retour du patron. Ils cumulent à eux trois 6 médailles olympiques, 10 aux championnats du monde, 14 globes de cristal, et 103 (!!) podiums en coupe du monde. Ils sont les Vikings.

    norge ski
    Attacking Vikings
  • Et s’il faut citer une fille, c’est incontestablement elle. Lindsey Vonn et celle qui à réalisé le plus de podiums en coupe du monde depuis les début du ski alpin. La super star du circuit qui voudrait, avant la fin de sa carrière, se confronter aux hommes.. Un palmarès long comme le bras pour l’américaine, 126 podiums en coupe du monde dont 76 victoires, 20 globes de cristal, 6 médailles aux championnats du monde et deux aux jeux olympiques.. Monstrueux
Lindsey Vonn
Lindsey Vonn

 

 

Il est impossible de citer toutes les têtes de séries tant la liste serait longue, une grosse dizaine d’athlète est capable de gagner en coupe du monde, plus de 30 prétendent au podiums, malgré tout ceux cités au dessus y figurent quasiment à chaque fois. L’Equipe de France masculine semble plus forte que jamais cette saison pour aller chercher des podiums dans toutes les disciplines. Derrière Alexis Pinturault, c’est toute une équipe qui mérite autant de reconnaissance. Julien Lizeroux, Jean-Baptiste Grange, Thomas Fanara, Victor Muffat-Jeandet, Mathieu Faivre, Johan Clarey, Guillermo Fayed, Blaise Giezendanner, Valentin Giraud-Moine, Thomas Mermillod-Blondin, Steve Missilier, Maxence Muzaton, David Poisson, Brice Roger et Robin Buffet sont dans les starting blocs pour nous faire frissonner toute la saison. Tous sont capables d’aller chercher les podiums voir des victoires en coupe du monde. Du coté des féminines, l’heure est à la reconstruction après une époque glorieuse c’est aux jeunes de reprendre le flambeau. Mais il leur faut du temps, derrière les têtes d’affiche Tessa Worley, Nastasia Noens, Taïna Barioz ou Anne Sophie Barthet, les jeunes ont fort à prouver, et elle le peuvent. Sans oublier les équipes de France B qui travaillent d’arrache pied pour accéder au plus haut niveau, en témoignent les trois podiums aux championnats du monde junior masculins (Victor Schuller, Elie Gâteau et Matthieu Bailet), la relève arrive.

Du coté dauphinois, l’heure est également au changement de génération, après le départ à la retraite de Gauthier De Teissiere et de Marion Rolland. C’est au tour de Jennifer Piot, membre du ski club de l’Alpe d’Huez de prendre le relais. La d’huizate championne du monde junior de descente a déjà réalisé deux tops 15 en coupe du monde, elle est sur la bonne voie! Du coté masculin, seul Vito Cottineau a intégré les collectifs nationaux, nous le suivront cette saison dans sa progression. Les groupes Régionaux Hommes et Femmes cherchent à se faire une place en coupe d’Europe, et on compte sur Alexandre Ledantec des Deux Alpes ainsi que Paul (dit la foudre) Collomb Patton d’Oz en Oisans pour claquer de belles performances cet hiver!

 

crédits photos:

Kitzbuhel: www.fourtitude.com    Schladming: www.steiermark.com   Adelboden: www.cbc.ca  Marcel Hirscher: www.japantime.co   Henrik Kristoffersen: www.lexpress.fr  Alexis Pinturault: www.meltyxtrem.fr   Attacking vikings: www.wtop.com  Lindsey Vonn: www.iloveski.org

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

FlottiBulle - Pont de Claix