Jonas Fabre, Episode 6 – La préparation physique

Jonas Fabre, skieur de l’équipe de France, et pur produit du dauphinois, rejoint l’équipe LSD pour nous raconter son quotidien de sportif de haut niveau, avec les J.O de PyeongChang en ligne de mire.

Anciens épisodes :

Episode 1: Retour de blessure
Episode 2: L’équilibre
Episode 3: Le départ
Episode 4: Les hommes de l’ombre
Episode 5 : La vie de groupe

Vous devez sûrement vous demander ce que font les skieurs en dehors de la saison d’hiver. Vacances ? Etalage des gros quadriceps sur la plage ? Ski sur herbe ? Ski nautique ? Eh bien vous avez tout faux ! Notre printemps et notre été se passent principalement dans les salles de musculation, ou les fesses sur la selle de velo, ou encore à faire des tours de stade, bref la sueur coule à flot. Le mythe tombe : les skieurs ne sont pas toujours ces sportifs glamours, dont leur corps musclé est parfaitement moulé dans leur combinaison de course !


Trève de plaisanteries ! Même si quelques stages de ski sur les glaciers sont organisés en fonction des conditions d’enneigement sur les cimes, la majeure partie de notre préparation se passe baskets aux pieds. Sur une année civile, nous effectuons quasiment autant de jours de préparation physique que de journées sur les skis. Cette année fut le fruit de changements majeurs pour moi puisque j’ai été amené à travailler tout seul sur la préparation physique. J’ai fait appel à Pete, un ancien préparateur physique du groupe Coupe d’Europe hommes que je connaissais bien, et un de ses amis : James, ancien cycliste professionnel et désormais physiologiste.
Jonas fabre
S’entrainer seul comporte bien entendu des avantages et des inconvénients comme vous pouvez vous en douter mais j’ai passé un des meilleur été de préparation physique en leur compagnie ! Même si ce n’était pas évident de se motiver tous les jours pour aller faire des séances d’intervalles dans les cols savoyards sur mon vélo ou encore passer 3 heures dans la salle de musculation à soulever de la fonte, j’ai pu aborder ma manière de me préparer différemment. Il a fallu que je me prenne plus en main, et la motivation était différente, plus intérieure. La personnalisation poussée de mon programme entraîne inévitablement une professionalisation du travail effectué, avec un suivi plus approfondi, et une adaptation quotidienne en fonction de la fatigue et de la récupération.
image1-1
Le fait de travailler en collaboration avec James m’a permis de connaître une approche différente de la préparation, celle d’un autre sport, et je pense que l’expérience a été également enrichissante pour lui. Toutes mes séances sur le vélo ou en course à pied étaient des découvertes quotidiennes, la curiosité venait donc se mêler à la motivation, et c’est une association de sentiments agréable à vivre. J’ai eu la sensation de progresser au quotidien ce qui est le principal moteur de la motivation à mon sens, et je profite de cette chronique pour les remercier. Pete & James, vous m’avez permis de rendre jaloux Mr John Best en personne, ses cuisses font presque la moitié des miennes !

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>