Luc Tardif: « 13 clubs en Magnus? Pas de souci »

À un mois de la reprise de la Ligue Magnus, les Brûleurs de Loups, comme tous les autres clubs du championnat, sont dans l’incertitude. Impossible de savoir s’il y aura 13 ou 14 équipes engagées. En fait, tout dépendra d’Epinal et de son passage devant le CNOSF mercredi à 14h. Le 6 août dernier, la commission d’appel de la Fédération a en effet invalidé le dossier d’accès du Gamyo à la Ligue Magnus. Elle réclamait au club un provisionnement de 700 000 euros dans son budget, et ce afin de prévenir l’issue de deux redressements URSSAF. Luc Tardif, le président de la Fédération Française de Hockey sur Glace, s’est confié à LSD. Il y croit encore.

 

Luc, le cas Épinal avance?

Devant la commission d’appel, les dirigeants du club ont refusé nos demandes. Ce qui fait qu’aujourd’hui, le Gamyo se retrouve devant le CNOSF. Ils étaient sur la défensive à l’époque mais je sens de l’évolution depuis quelques temps. Le club a été dans le déni pendant plusieurs années avec des tricheries sur les salaires. Il a fait comme si de rien n’était. La FFHG va se présenter au CNOSF avec ses propositions. Pour se maintenir, le GAMYO devra encadrer sa masse salariale et aura de fortes restrictions budgétaires. Il faudra également que l’on ait les garanties qu’Épinal tiendra toute la saison financièrement. Et puis il pourrait aussi y avoir des sanctions purement sportives. S’ils acceptent tant mieux. Dans le cas contraire, l’affaire pourrait se poursuivre en septembre devant le Tribunal Administratif.

Vous y croyez?

Je sens que l’esprit de conciliation est présent. Le maintien en Magnus est encore possible. Je me suis beaucoup impliqué dans ce projet. Mais il faudra des sanctions. Par le passé, d’autres clubs ont d’ailleurs été sanctionnés comme Grenoble. Les Brûleurs de Loups s’en sont très bien sortis alors qu’ils devaient 350000 euros aux services fiscaux. Une année, Mulhouse et Tours, alors finaliste et vainqueur de la Magnus, ont été relégués en D3 pour détournement de masse salariale. Personne n’est intouchable. Et puis, on ne peut pas fermer les yeux sur cela alors que l’on se professionnalise et que l’on va passer à 12 clubs en Magnus. Je n’oublie pas non plus ces équipes qui ont été éliminées l’an passé par Épinal en 1/4 ou en 1/2 finale du championnat. Leur saison s’est terminée alors qu’elles n’avaient pas triché.

Du coup, pour la prochaine saison, on ne sait toujours pas combien d’équipes seront engagées?

13 ou 14 peu importe. On a demandé à Caen et Anglet s’ils se sentaient prêt à jouer en Magnus mais les deux équipes ont refusé. Il faut dire que si Épinal va au Tribunal Administratif, ça ne sera qu’en septembre. Impossible dans ces conditions de s’organiser quand on est dirigeant de Caen ou d’Anglet. C’est une situation intenable. Si l’on doit jouer à 13, on s’adaptera. De toute manière, cette saison est une saison de transition avant le passage à 12 clubs. Du coup, un seul club descendrait en D1 au lieu de deux. Et il y aurait cinq équipes qui joueraient les play-downs, avec un système où chacunes s’affronteraient.

Nissan