« Porter haut et fort les couleurs du FCG »

Laurent Lombardi, actuel coach des Amazones de Sassenage revient pour LSD en détail sur la saison à venir pour les filles du rugby et ce que va changer le rapprochement avec le FCG pour les papillons jaunes et noirs. Entre fierté et nouveaux moyens d’entraînement, il avance avec lucidité la situation fragile du rugby féminin.

 

Rapprochement avec le FCG

« Si on parle d’obligation de résultats il n’y en a aucune, même le fait que nous soyons rattachés au club du FCG. Juste porter haut et fort les couleurs grenobloises et les respecter ». En termes de structure par contre, pour les Amazones, ça va leur changer la vie. « On aura accès à une grande salle de musculation, au terrain synthétique d’entraînement de Bachelard. Et on jouera certainement quelques matchs sur le stade Lesdiguières (derby du 20 Décembre) ». Chose non négligeable, l’accès à des budgets plus conséquents qui pourront améliorer les déplacements, éviter les longues heures de bus et diminuer la fatigue.

Logo fcg amazones

Le fait de se rapprocher du FCG permet au club de Sassenage de grandir. « C’est une évidence », poursuit-il. « Si on veut voir plus haut, on a besoin de tout ça. Le FCG grâce à son image nous permet de contacter plus facilement des filles et puis nous permet de trouver des partenaires ». Problématique à double tranchant : « les jeunes joueuses locales sont flattées de venir jouer au FCG mais les internationales qu’on essaie d’attirer dans nos filets pensent qu’on pourra leur fournir des appartements, des voitures ou des salaires… ».

 

Bilan et perspectives

Le bilan global de la saison dernière est « plutôt positif » malgré la défaite en ¼ de finale. « Il nous a manqué une profondeur de banc pour jouer à haut niveau tout au long de la saison ». Mais concernant  la vie de groupe, Lombardi n’a rien à reprocher à ses filles.  « L’état d’esprit des joueuses, ça n’est que du positif ».

L’objectif à court terme (« 2-3 ans ») est de retrouver le Top 8 pour les désormais joueuses du FCG. Le rapprochement n’a pas été fait au hasard.

« On a une belle génération de cadettes qui montent (17 joueuses viennent gonfler l’effectif seniors). Quatre d’entre elles étaient en équipe de France -18 et elles perdent en finale du championnat de France. On va les incorporer petit à petit car il y a quand même un grand écart de niveau ». La formation se porte bien aussi du côté des filles. Les cadettes devraient retrouver un groupe de 35 joueuses pour cette saison.

Amazones

 

Le derby Amazones/GUC

Laurent salue la performance des voisines du GUC. « Je ne pensais pas qu’elles étaient capables de monter. Mais leur phase finale a été belle ». Mais il n’oublie pas l’essentiel de la saison de la poule Armelle Auclair.  « Les deux premières dates que j’ai coché sur le calendrier…ce sont les deux derbys ». Pour les supporters, les dates du 27 Septembre au GUC et  du 20 Décembre chez les Amazones (sûrement à Lesdiguières) mettront en scène deux équipes féminines locales de haut niveau. « Ca va enfin être un vrai derby, on va éviter les grands déplacements et on espère que ça sera la fête du rugby féminin local ».

 

La fusion

Comme pour son adversaire Diane Romany qui s’exprimait dans nos colonnes la semaine dernière, la fusion est pour Lombardi le seul moyen d’avoir une équipe compétitive. « Ca serait le top de fusionner toutes ensemble pour un grand pôle de rugby féminin à Grenoble mais surtout pour rassembler toutes les ressources de l’agglomération. Si on veut un grand club de Top 8, il faudra passer par là. Mais aujourd’hui il y a encore de la place pour tout le monde… ».

 

Reprise de l’entraînement le 10 Août.

Début du championnat le 20 Septembre, réception de Rouen.

Amazones 2