Samedi pas c’qu’on fait

L’été, c’est bien. Mais pour les amoureux de sport et d’actualités sportives en tout genre, à la recherche de la moindre information sur leurs équipes fétiches, l’été c’est chiant. LSD est allé dénicher pour vous tout un tas d’activités pour occuper vos longs après-midis sous le soleil. Aujourd’hui, focus sur la slackline.

Sorti de soirée bien arrosée, vous avez parfois l’impression que votre vision vous joue des tours. Sorte de funambules modernes, les slackeurs apparaissent dans nos parcs urbains comme les bourgeons au printemps. La slackline (de l’anglais « ligne lâche ») permet au commun des mortels de travailler son équilibre et de tenter de faire des figures improbables (jumpline ou trickline) en utilisant le rebond de la sangle.

Pour les débutants, la slackline s’attache et se détache t>www.cestslackerbon.org ou sur FB « c’est slack…er bon »

Dans des conditions plus extrêmes, les highlineurs, dont l’objectif est d’être le plus en hauteur possible, peuvent se retrouver dans des postures plus ou moins délicates. Il existe néanmoins des systèmes de sécurité qui protègent le slackeur et lui permettent d’être attaché à sa ligne de vie (bien que certains pratiquants prennent le risque de ne pas s’attacher).

crédits photo FB cestslackerbon

 

Quel prix ? Et où ?

La pratique de la slackline permet aussi aux petites bourses de s’éclater : pour une trentaine d’euros, vous pourrez acheter votre premier kit de funambule et prendre enfin votre pied dans les airs.

Sur Grenoble, rendez-vous sur www.cestslackerbon.org ou sur FB « c’est slack…er bon »